Techniques novatrices

Certaines techniques novatrices permettent d’espérer un développement durable du secteur de l’aquaculture : grâce à l’élevage, la productivité peut être fortement améliorée, à plus ou moindre coût selon qu’il s’agit de poissons (à nourrir) ou de mollusques (sans nourrissage : cas du bénitier ou du troca, à l’exemple de l’huître perlière).

Actuellement, de nouveaux projets de fermes et d’écloseries privées s’implantent progressivement, et les toutes nouvelles techniques aquacoles (collecte de larves de poissons, collectage de naissains de bénitiers...) et surtout piscicoles (maîtrise de la reproduction de certaines espèces tropicales) semblent prometteuses pour une exploitation rationnelle et durable des lagons, intégrant aussi bien les aspects liés à la production aquacole ou halieutique, que ceux liés à l’environnement et au tourisme.

Les enjeux du lagon sont primordiaux pour le développement durable de la Polynésie française, notamment sur le plan social, économique et écologique. En effet, le lagon fait vivre outre les pêcheurs, de nombreux habitants des archipels, ainsi que des jeunes sans emploi dans les îles peuplées.