Programme

Le programme a démarré en 1981 avec l’ancrage d’un premier dispositif sur la façade Nord de l’île de Tahiti.

Le scepticisme des pêcheurs a laissé rapidement place à un engouement de la flottille artisanale pour l’utilisation de ces bouées autour desquelles les concentrations de thonidés sont effectives dans les semaines qui suivent leur ancrage.


- Investissement :

Depuis 1981, la Polynésie française a procédé à l’ancrage de plus de 453 DCPs.

- Technicité :

En 2011, le DCP dit "lourd" a été abandonné et seul le DCP dit "léger" est toujours d’actualité.

L’éloignement de certaines îles et atolls de l’île de Tahiti et le manque, sur place, d’un navire adapté pour l’ancrage d’un "DCP lourd", ont nécessité la réalisation d’un type de dispositif dit "DCP léger". Ce modèle est très largement inspiré de celui qui existe à l’île de la Réunion dans l’Océan Indien.

Il semble particulièrement performant avec une ligne d’ancrage adaptée aux contraintes météorologiques locales.
Le DCP léger a résisté au cyclone OLI (certains sont ancrés depuis presque 3 ans) composé d’un chaînon de bouées rigides, de cordes en polyamides et polypropylènes
Le DCP léger est composé de 3 parties :

  1. Partie émergée composée de flotteurs et bouées pour le repérage et le soutien de la ligne d’ancrage
  2. La ligne d’ancrage composée de cordage en polyamide et polypropylène pouvant atteindre des profondeurs de 2500 mètres
  3. Un lest d’1 tonne
    Le coût unitaire peut varier entre 300 000 FCFP et 1 200 000 FCFP dépendant de la profondeur et des matériaux utilisés.
JPEG - 957 ko
Schéma DCP léger