Accueil > Pêche > Pêche lagonaire > Introduction

Introduction

Le terme ’Polynésie’

Le terme « Polynésie » évoque immédiatement pour beaucoup, l’image d’îles avec ses cocotiers, entourées d’un lagon avec ses plages de sable blanc. En fait, cette image n’est valable que pour les îles hautes de l’archipel de la Société et certaines de l’archipel des Australes car plusieurs îles n’ont pas de lagon (Marquises essentiellement) et pour d’autres, c’est le lagon qui est entouré de terres (atolls situés pour l’essentiel aux Tuamotu).

Lagon de Polynésie - lagon de Raiatea-Tahaa
Du fait de sa proximité, le lagon est le réservoir de ressources marines le plus facilement accessibles. Et de fait, il a constitué le grenier des polynésiens des origines et jusqu’à aujourd’hui car une fraction importante de la population de Polynésie française se nourrit grâce aux ressources lagonaires.

Scène de pêche - pêche des ature aux grands filets
Le lagon est progressivement devenu le lieu de nouvelles activités liées au tourisme, à la perliculture et aux loisirs ; il n’y a qu’à penser aux bungalows sur l’eau des hôtels haut de gamme ou encore aux fermes perlières ou encore aux activités nautiques ou sub-nautiques (ski nautique, plongée sous-marine, etc.). La perliculture, développée aux Tuamotu surtout, génère une dizaine de milliards FCP de chiffre d’affaires annuellement et est, de loin, la première activité économique à l’exportation.

Poissons lagonaire - bec de cane - oeo

Les enjeux du lagon sont primordiaux pour le développement durable de la Polynésie française, notamment sur le plan social, économique et écologique.

parc à poissons des Tuamotu - piège traditionnel